L’Institut Français de Recherche pour l’Exploitation de la Mer est un ins­ti­tut public de nature indus­trielle et com­mer­ciale (EPIC). Il est super­visé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement ainsi que le Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire. A tra­vers ses tra­vaux de recher­che et ses conseils d’expert, il contri­bue à l’amé­lio­ra­tion des connais­san­ces autour des océans et de leurs res­sour­ces, à la sur­veillance de l’envi­ron­ne­ment côtier et au déve­lop­pe­ment des acti­vi­tés mari­nes. A ces fins, il conçoit et uti­lise des outils pour l’obser­va­tion, l’expé­ri­men­ta­tion, le suivi et la ges­tion de bases de don­nées océa­no­gra­phi­ques.

Implications dans le projet

L’Ifremer est res­pon­sa­ble de la concep­tion et de la mise en place des réseaux de suivi à l’échelle natio­nale fran­çaise et également au niveau régio­nal. Il est en charge de l’implé­men­ta­tion de la Directive Cadre sur l’Eau (indi­ca­teurs bio­lo­gi­que) et de la conven­tion OSPAR, et par­ti­cipe à plu­sieurs grou­pes de tra­vail dans le cadre de la nou­velle stra­té­gie marine euro­péenne. Il s’occupe du déve­lop­pe­ment des acqui­si­tions de mesu­res à haute fré­quence et des sys­tè­mes de mesu­res pour le suivi de l’envi­ron­ne­ment et des cri­tè­res de qua­lité.

L’Ifremer aide à la clas­si­fi­ca­tion des cyto­gram­mes en four­nis­sant des échantillons natu­rels de phy­to­planc­ton de réseaux en acti­vité. Il aide à l’inter­pré­ta­tion de la dyna­mi­que via l’implé­men­ta­tion d’outils d’échantillonnage à haute fré­quence (para­mè­tres phy­sico-chi­mi­que en lien avec la bio­lo­gie).

L’Ifremer orga­nise et par­ti­cipe à des cam­pa­gnes dédiées à la sur­veillance en Manche Orientale et baie sud de la Mer du Nord. Il pour­voit avec d’autres don­nées envi­ron­ne­men­ta­les à partir de ses pro­gram­mes rou­ti­niers de sur­veillance. Il aide à la dis­sé­mi­na­tion des pro­cé­du­res stan­dar­di­sées (Cytomètrie en flux et des recom­man­da­tions pour la sur­veillance grâce à son impli­ca­tion directe dans les grou­pes de tra­vail DCE, OSPAR et MSD).

Expérience européenne

L’Ifremer pos­sède une grande expé­rience en terme de par­te­na­riats inter­na­tio­naux et de coor­di­na­tion de pro­jets euro­péens, en par­ti­cu­lier dans les pro­gram­mes INTERREG III et IV et dans les pro­jets FP6 et 7.

Quelques exem­ples récents plus ou moins liés aux objec­tifs de DYMAPHY : PREVIMER (océa­no­gra­phie opé­ra­tio­nelle côtière), CHARMs I, II and III (Estimation des Habitats en Manche et Risques pour l’Utilisation des Ressources Marines), CYCLEAU (Prévision et ges­tion des res­sour­ces natu­rel­les en eaux côtiè­res), FINAL (pré­vi­sion des flo­rai­sons d’algues toxi­ques), NEMEDA (réseau visant à atté­nuer les effets de l’algue Dinophysis sur l’aqua­culture), SAIL II (ges­tion inté­grée des zones côtiè­res).

Site internet

http://wwz.ifre­mer.fr/ins­ti­tut/