Le Rijkswaterstaat est le bras exé­cu­tif du minis­tère hol­lan­dais des infra­struc­tu­res et de l’envi­ron­ne­ment. Au nom du minis­tère et du secré­taire d’état, le Rijkswaterstaat est res­pon­sa­ble de la concep­tion, de la cons­truc­tion, de la ges­tion et de la main­te­nance des prin­ci­pa­les infra­struc­tu­res aux Pays-Bas.

Implications dans le projet

Le Rikswaterstaat coor­donne l’acti­vité 1 et plus par­ti­cu­liè­re­ment l’écriture et la syn­thèse du manuel de pro­cé­du­res opé­ra­tion­nel­les stan­dar­di­sées pour le suivi du phy­to­planc­ton (avec la cyto­mé­trie en flux).

Le Rijkswaterstaat coor­donne la mise au point du schéma de cali­bra­tion dans le but de défi­nir les carac­té­ris­ti­ques de per­for­mance du CytoSense, comme la répé­ta­bi­lité, la repro­duc­ti­bi­lité, la robus­tesse et la répa­ra­tion. De plus, des pro­to­co­les stan­dar­di­sés doi­vent être déve­lop­pés pour les choix de niveau de déclen­che­ment, inten­sité du flux etc.

Le Rijkswaterstaat four­nis des emprein­tes d’algues iso­lées dans les estuai­res néer­lan­dais, pour com­plé­ter la biblio­thè­que et les cyto­gram­mes, à partir de cultu­res de réfé­rence ou d’échantillons pro­ve­nant de com­mu­nau­tés natu­rel­les et de dif­fé­ren­tes masses d’eau dans la zone éligible.

Le Rijkswaterstaat prend un rôle de meneur pour le déve­lop­pe­ment d’une méthode accré­di­tée CEN pour la cyto­mé­trie en flux (en tant qu’acti­vité pou­vant être ini­tiée à la fin du projet).

Il élabore les outils de clas­si­fi­ca­tion en col­la­bo­ra­tion avec le Cefas, l’ULCO et un consul­tant exté­rieur dans l’ana­lyse de cyto­mé­trie en flux.

Le Rijkswaterstaat a engagé un consul­tant exté­rieur qui par­ti­cipe à la pre­mière évaluation de l’ana­ly­seur opti­que euro­péen du phy­to­planc­ton (Thomas Rutten, consul­tant par­tagé avec l’ULCO et le Cefas) et contri­bue au déve­lop­pe­ment des algo­rith­mes néces­sai­res pour auto­ma­ti­ser les ana­ly­ses de clas­si­fi­ca­tion et de dis­cri­mi­na­tion des grou­pes de phy­to­planc­ton (en rela­tion étroite avec le tra­vail effec­tué par l’ULCO).

Expérience européenne

Le Rijkswaterstaat par­ti­cipe à plu­sieurs réseaux natio­naux (MONISNEL) et inter­na­tio­naux de sur­veillance comme par­te­naire à part entière du consor­tium des ins­ti­tuts marins Européens EMECO (Observatoire Européen des Écosystèmes Marins). C’est ainsi qu’une sta­tion de mesu­res a été déployée en 2000 avec le par­te­naire CEFAS. MENEOS est un consor­tium Pays-Bas-Flandres concer­nant l’ouest de l’estuaire de l’Escaut. SCALDIT est un pro­gramme Interreg IIIb (NWE 2003-2008) concer­nant le bassin ver­sant de l’Escaut en par­te­na­riat avec la France et l’Angleterre. Ce projet a obtenu récem­ment un sou­tient avec le nou­veau projet SCALDWIN (Interreg IIIb NWE 2007-2013).

Site internet

http://www.rijks­wa­ters­taat.nl/en/