Située à moins de 300km de Paris, Bruxelles et Londres, l’Université du Littoral Côte d’Opale (ULCO) par sa situa­tion géo­gra­phi­que permet aux étudiants de mieux appré­hen­der la diver­sité cultu­relle euro­péenne. Autre par­ti­cu­la­rité, les 11 000 étudiants évoluent sur 4 sites com­pris dans 4 villes côtiè­res bien dis­tinc­tes : Boulogne, Calais, Dunkerque et Saint-Omer.

Implications dans le projet

L’ULCO est à l’ori­gine de ce projet et en est le chef de file. Elle par­ti­cipe aux acti­vi­tés, elle est res­pon­sa­ble de la ges­tion et de la coor­di­na­tion admi­nis­tra­tive, finan­cière et scien­ti­fi­que du projet. L’ULCO est de plus for­te­ment impli­quée dans les acti­vi­tés de com­mu­ni­ca­tion et coor­donne l’écriture de rap­ports d’acti­vi­tés et finan­ciers bi annuel. L’ULCO par­ti­cipe à l’écriture autour de la pro­duc­tion de chaque acti­vi­tés, en par­ti­cu­lier le manuel de pro­cé­du­res stan­dard pour le suivi du phy­to­planc­ton.

L’ULCO coor­donne tout par­ti­cu­liè­re­ment l’acti­vité 2. Elle est en charge de label­li­ser la base de don­nées et dirige l’appli­ca­tion, la syn­thèse et la dis­tri­bu­tion des outils de clas­si­fi­ca­tion élaborés. L’ULCO élabore les outils de clas­si­fi­ca­tion en col­la­bo­ra­tion avec le Cefas, le Rijkswaterstaat et un consul­tant exté­rieur dans l’ana­lyse de cyto­mé­trie en flux. Elle four­nis des emprein­tes d’algues iso­lées en Manche, pour com­plé­ter la biblio­thè­que et les cyto­gram­mes, à partir de cultu­res de réfé­rence ou d’échantillons pro­ve­nant de com­mu­nau­tés natu­rel­les et de dif­fé­ren­tes masses d’eau dans la zone éligible.

L’ULCO par­ti­cipe à l’évaluation des pro­cé­du­res stan­dar­di­sées défi­nies au sein de l’acti­vité 1, en uti­li­sant la cyto­mé­trie en flux com­bi­née avec d’autres tech­ni­ques sur le ter­rain. Elle conduit également, avec le CNRS, le suivi des pro­prié­tés bio-opti­ques des grou­pes fonc­tion­nels et pig­men­tai­res de phy­to­planc­ton. Elle par­ti­cipe à l’ana­lyse et à l’inter­pré­ta­tion des résul­tats obte­nus dans le cadre des modè­les exis­tants. L’ULCO par­ti­cipe à la rédac­tion du manuel de pro­cé­du­res stan­dar­di­sées pour le suivi du phy­to­planc­ton (incluant la cyto­mé­trie en flux).

Par ailleurs, une partie des par­ti­ci­pants au projet pour l’ULCO, ainsi que les par­ti­ci­pants du CNRS et de l’Université Lille1, sont struc­tu­rés en une Unité Mixte de Recherche : le Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences (LOG UMR8187). Dans ce cadre ils coor­don­nent et par­ti­ci­pent à des actions de recher­che ensem­ble, en plus de ceux qui sont orga­ni­sés entre par­te­nai­res.

Expérience européenne

L’ULCO a été par­te­naire de plu­sieurs pro­gram­mes INTERREG anté­rieurs comme : Estimation des Habitats de la Manche et du Risque pour l’usage des Ressources Marines (CHARM I, II et III), CTMM, et PAR. Il a aussi par­ti­cipé à quel­ques pro­gram­mes scien­ti­fi­ques du FP6 E.U (comme le SESAME FP6 E.U., projet actuel­le­ment en cours).

Site internet

http://www.ulco.fr