Bénéficiaires

  • Les agen­ces gou­ver­ne­men­ta­les en charge de l’évaluation de la qua­lité des eaux estua­rien­nes, côtiè­res et mari­nes.
  • Les par­te­nai­res, labo­ra­toi­res de recher­che et uni­ver­si­tai­res qui étudient le phy­to­planc­ton et/ou qui envi­sa­ge­raient ou sou­hai­te­raient étudier le phy­to­planc­ton à haute réso­lu­tion, par des métho­des clas­si­ques et inno­van­tes (comme la cyto­mé­trie en flux, la fluo­res­cence spec­trale, la télé­dé­tec­tion).
  • Les cher­cheurs et uni­ver­si­tai­res qui établissent et/ou uti­li­sent des métho­des de clas­si­fi­ca­tion basées sur les signaux et les ana­ly­ses d’images pour étudier la diver­sité bio­lo­gi­que dans les échantillons d’eau à large échelle.
  • La conchy­li­culture et la pêche dans le but d’évaluer l’état sani­taire de leur pro­duc­tion et d’avoir des infor­ma­tions sur l’état du milieu, per­met­tant entre autre de réagir rapi­de­ment face à un bloom toxi­que.
  • Les auto­ri­tés loca­les pour infor­mer les popu­la­tions, en par­ti­cu­lier les tou­ris­tes des dif­fé­rents pro­blè­mes liés à des épisodes de flo­rai­sons nui­si­bles.
  • Le public pou­vant direc­te­ment rece­voir des infor­ma­tions sur la qua­lité de l’eau.
  • Les sco­lai­res et ensei­gnants via des outils et événements péda­go­gi­ques.