Description

L’acti­vité 1 porte prin­ci­pa­le­ment sur la défi­ni­tion des pro­cé­du­res opé­ra­tion­nel­les stan­dar­di­sées pour mesu­rer la diver­sité alguale et les chan­ge­ments de com­mu­nau­tés via l’uti­li­sa­tion de la cyto­mé­trie en flux. Lors de 3 exer­ci­ces de cali­bra­tion (CAL1 qui a eu lieu en 2010 et CAL 2, CAL3 qui auront lieu au prin­temps 2011), les spé­ci­fi­ci­tés des équipements de chaque par­te­nai­res seront explo­rées, les besoins pour des mesu­res de qua­lité seront dis­cu­tés et les expé­rien­ces seront par­ta­gées entre les par­te­nai­res. Le CytoSense sera uti­lisé en tant que de réfé­rence pour l’évaluation des autres outils. Cependant, d’autres équipements seront pris en compte et com­pa­rés avec notre équipement de réfé­rence.

L’inter­ca­li­bra­tion sera réa­li­sée à partir de :
1) Cultures d’algues, afin de défi­nir un jeu de don­nées (biblio­thè­que) en tant que réfé­rence pour d’autres modé­li­sa­tions des signaux opti­ques (emprein­tes opti­ques). Une atten­tion par­ti­cu­lière sera portée sur la carac­té­ri­sa­tion des algues nui­si­bles.
2) Échantillons natu­rels d’eaux estua­rien­nes, côtiè­res et du large. Il est impor­tant d’échantillonner dif­fé­rents types d’eau, car les condi­tions de crois­sance sur le ter­rain (tur­bi­dité et nutri­ments) influen­cent les emprein­tes opti­ques. Lors de cette étape, des pro­cé­du­res d’échantillonnage stan­dar­di­sées seront établies en fonc­tion du type d’eau (en se basant sur la pro­fon­deur, la fré­quence, la répar­ti­tion et le frac­tion­ne­ment des échantillons) ainsi que les dif­fé­rents para­mè­tres ins­tru­men­taux (vites­ses de pompes, le temps, les seuils et les varia­bles opti­ques).
Parallèlement, des ana­ly­ses des échantillons d’eau conte­nant seu­le­ment du maté­riel mort seront menées. D’autres tech­ni­ques seront uti­li­sées pour aider à l’ana­lyse des résul­tats, tels que l’iden­ti­fi­ca­tion micro­sco­pi­que à chaque fois que cela sera pos­si­ble, des ana­ly­ses pig­men­tai­res ainsi que les pro­cé­du­res de contrôle de qua­lité. A la suite de l’exer­cice pra­ti­que, les par­te­nai­res ana­ly­se­ront ensem­ble les signaux cyto­mé­tri­ques et les don­nées, ce qui per­met­tra d’établir une pro­cé­dure unique avec la col­la­bo­ra­tion d’experts scien­ti­fi­ques et tech­ni­ques.

En paral­lèle, nous mène­rons les pre­miers tests et récol­te­rons les pre­miers résul­tats concer­nant les para­mè­tres envi­ron­ne­men­taux à haute réso­lu­tion, en déve­lop­pant les obser­va­tions conti­nus à bord de ’bateaux d’oppor­tu­nité’, adap­tées du sys­tème exis­tant ’ferry box’. De plus, la phy­sio­lo­gie des algues à la fois culti­vées et natu­rel­les sera étudiée en paral­lèle avec leurs carac­té­ris­ti­ques d’un point de vue cyto­mé­tri­que. Ceci sera fait à la fois par les tech­ni­ques clas­si­ques et de taux de fluo­res­cence rapide.